C) La déforestation est la principale cause de la variation de la quantité de CO2 dans l'atmosphère.

      Les forêts recouvrent un peu plus du quart de la surface des terres émergées et jouent un rôle essentiel dans l'écologie terrestre. En raison de la longue durée de vie de la plupart des arbres et de leurs dimensions relativement importantes, arbres et forêts sont de véritables réserves de carbone. En effet, celles-ci absorbent naturellement du dioxyde de carbone en phase de croissance et le stockent dans les bois et les sols. Elles stockent ainsi 40% du carbone terrestre, soit plus de mille milliards de tonnes de carbone (deux fois plus que le volume présent dans l'atmosphère). La majorité est conservée dans les forêts de latitude élevée (49%) et dans les forêts (tropicales) de basse latitude (37%), tandis que les forêts (tempérées) de latitude moyenne n'en emmagasinent que 14%.

     L'augmentation du gaz carbonique atmosphérique depuis une centaine d'années est uniquement d'origine humaine. On remarque que, la destruction des forêts libère près de 6 milliards de tonnes de CO2 dans l'atmosphère chaque année, soit 20% de toutes les émissions de carbone. Cela représente peu moins que la totalité des émissions des Etats Unis, plus gros émetteur de la planète à 7 milliards de tonnes et autant que la Chine et la Russie réunies.

     Pour résoudre ce problème, les Hommes replantent de jeunes arbres pour compenser la destruction des vieux arbres mais ils ne sont pas aussi  efficace. En réalité, une forêt ancienne, dite primaire, absorbe deux à trois fois plus de CO2 qu’une forêt récemment plantée et en début de croissance. Egalement, les forêts fermées ont une plus grande aptitude à contenir le carbone que les forêts ouvertes, les forêts non perturbées en emmagasinent plus que les forêts dégradées et, les forêts très humides ou humide en stockent d'avantage que les forêts sèches ou semi-arides.  On en conclue que les capacités d'absorption et de stockage du carbone des forêts varient fortement.

     On a vu sur la cartographie que le taux de CO2 est considérable dans les zones où la déforestation est en augmentation. On peut le remarquer sur le graphique ci-dessous où l'on constate une augmentation des réserves de carbone dans la biomasse forestière, entre 1990 et 2005, en Europe et en Amérique du Nord et Centrale. En revanche, celle-ci à diminuée en Afrique, Asie et Amérique du Sud et elle s'est stabilisée en Océanie.

graphique

     La déforestation étant en hausse, le CO2 augmente également, et cela contribue à un changement de climat.  



Précédent                                                                                                                 Suivant

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site